Fonds 1999.0199.FD - Fonds Léo-Ernest Ouimet

Title and statement of responsibility area

Title proper

Fonds Léo-Ernest Ouimet

General material designation

Parallel title

Other title information

Title statements of responsibility

Title notes

Level of description

Fonds

Reference code

CA QUEBEC 1999.0199.FD

Edition area

Edition statement

Edition statement of responsibility

Class of material specific details area

Statement of scale (cartographic)

Statement of projection (cartographic)

Statement of coordinates (cartographic)

Statement of scale (architectural)

Issuing jurisdiction and denomination (philatelic)

Dates of creation area

Date(s)

  • 1900 - 1967 (Creation)

Physical description area

Physical description

0,3 m de documents textuels et iconographiques, ainsi que des appareils.

Publisher's series area

Title proper of publisher's series

Parallel titles of publisher's series

Other title information of publisher's series

Statement of responsibility relating to publisher's series

Numbering within publisher's series

Note on publisher's series

Archival description area

Name of creator

Biographical history

L'ACPAV est née le 18 janvier 1971 à l'initiative de onze cinéastes, dans « le but de faciliter et de promouvoir la conception et la production de films de court et de long métrage et autres oeuvres audiovisuelles par des jeunes artistes québécois ». L'association fourni une aide technique et administrative à plusieurs cinéastes indépendants dont Alain Chartrand, Roger Frappier, André Forcier et Jean-guy Noël. En 1972, Mireille Dansereau y tourne "La vie rêvée", le premier long métrage de fiction réalisé par une femme dans l'industrie privée au Québec. À partir de 1973, la formule de gestion coopérative est redéfinie : « L'ACPAV est un groupe de cinéastes et d'artisans qui se donnent ensemble les moyens de production afin d'organiser, produire, distribuer, mettre en marché toute production audiovisuelle pour ses membres et pour d'autres et considèrent le cinéma comme une industrie, un lieu de production culturelle et un moyen de communication de masse. » L'ACPAV rompt ainsi avec l'idée d'être une maison de service et adhère à l'Association des producteurs de films du Québec (A.P.F.Q.). L'ACPAV se différencie des autres maison de production parce qu'elle ne vise pas le profit. Elle doit néanmoins s'autofinancer et les artisans de la coopérative investissent une partie de leur salaire, à perte ou en différé, pour la production d'une oeuvre. Sa position déjà précaire au sein de l'A.P.F.Q. se détériore en 1976, alors qu'elle s'en dissocie pour appuyer les techniciens du CSN dans leur négociation avec les producteurs. Au début des années 80, l'ACPAV organise des ateliers de scénarisation et, plus tard, de direction d'acteurs. Au cours de cette décennie, la coopérative s'oriente vers le long métrage, quelques films sortis en salle commerciale redorent son image, et à partir de la fin des années 80, elle parvient à produire des longs métrages dont les budgets se rapprochent des standards de l'industrie. Dans les années 90, l'ACPAV retourne au court métrage et au film documentaire en plus de continuer sa production de longs métrages. L'ACPAV est aujourd'hui toujours en activité et poursuit encore ses mêmes objectifs. Bibliographie : « L'Association coopérative de productions audio-visuelles. Première décade », "Copie Zéro", Cinémathèque québécoise, No 8 (1981), 46p. COULOMBE, Michel et JEAN, Marcel (sous la direction de), "Le dictionnaire du cinéma québécois", Les éditions du Boréal, Montréal, 1999.

Name of creator

Biographical history

Pionnier du cinéma québécois, Léo-Ernest Ouimet est né en 1877 à Saint-Martin-de-Laval. D'abord électricien, il prépare pour le théâtre National et le parc Sohmer de Montréal d'ingénieux éclairages et trucages pour des spectacles, ce qui le met en contact avec divers projectionnistes ambulants. Vers 1904, il achète un projecteur et présente lui-même des spectacles et, deux ans plus tard, il ouvre le premier vrai cinéma de Montréal, le Ouimetoscope, qui connaît un succès phénoménal. Également distributeur, c'est chez lui que ses concurrents doivent se procurer films et appareils. Il se fait producteur dès l'automne 1906 en filmant l'actualité montréalaise et en projetant ces films au Ouimetoscope et en les vendant aux autres exploitants. Il rase ce premier cinéma en 1907 pour en construire un nouveau, considéré comme un des premiers palaces de cinéma du monde. Il est forcé de vendre son commerce de distribution en 1908, les magnats du cinéma américain fournissant presque tous les films vus au Québec. Il revient toutefois à la distribution en 1914 en mettant sur pied Pathé Famous Feature Film Syndicate of Quebec, qui deviendra l'année suivante Specialty Film Import. En 1919, Ouimet présente de nouvelles actualités deux fois par semaine, il produit également de nombreux films publicitaires et trois documentaires-fictions tournés en 1918 : "The Call of Freedom", "Le feu qui brûle" et "Sauvons nos bébés". En 1922, Ouimet se voit obligé de vendre Specialty à son rival le plus féroce, ce qui ne l'empêche pas de fonder une nouvelle compagnie, Laval Photoplays, afin de produire des longs métrages de fiction. La compagnie est incorporé au Canada et aux Etats-Unis et Ouimet s'installe à Hollywood. Le seul film produit par cette compagnie, "Why Get Married?" (P. Cazeneuve), est achevé vers la fin de 1923 mais n'obtient pas le succès escompté. Il revient à Montréal en 1933 alors que l'on commence à exploiter le film parlant français. Ouimet collabore avec les Films des Éditions Édouard Garand et loue le cinéma Impérial pour y présenter des films français et du théâtre, mais doit abandonner en 1936 lorsqu'un incendie à l'Impérial fait deux victimes. Dans les années 40, il expérimente un procédé de projection en relief pour lequel il désire obtenir un brevet d'invention. Cet homme hors du commun s'éteint à Montréal en 1972. De 1981 à 1994, l'AQCC remet le prix L.E.-Ouimet-Molson au réalisateur du meilleur long métrage québécois. Le film de André Gladu La conquête du grand écran (1996) reconstitue la carrière de Léo-Ernest Ouimet au cinéma. Bibliographie : COULOMBE, Michel et JEAN, Marcel (sous la direction de), "Le dictionnaire du cinéma québécois", Les éditions du Boréal, Montréal, 1999.

Custodial history

Une partie du fonds a été achetée par la Cinémathèque québécoise à un revendeur qui l'avait acquise de madame Raoul Rickner (collaborateur de Ouimet) à la suite du décès de ce dernier. Léon-Henri Bélanger, neveu de Léo-Ernest Ouimet, a donné les archives de son oncle en 1983.

Scope and content

Le fonds est surtout constitué de photographies, montrant des aspects de la vie et du travail de Léo-Ernest Ouimet, mais aussi des scènes d'actualités servant de sujet à ses films. On y retrouve également certains objets provenant du milieu de travail de Ouimet comme une caméra datant de 1914, une épinglette, une paire de jumelles, une plaque et un trophée. Ces documents constituent une source d'information précieuse et unique pour l'étude des premiers pas du cinéma québécois. Le fonds comprend aussi divers documents tel le cahier de production du film "Why Get Married?" (1923), de la correspondance, des notes et un texte de 1944 traitant du Ouimetoscope.

Notes area

Physical condition

Immediate source of acquisition

Arrangement

Language of material

Script of material

Location of originals

Availability of other formats

Restrictions on access

Terms governing use, reproduction, and publication

Finding aids

Inventaire sommaire, établi par l'archiviste. Disponible à la Médiathèque Guy L. Coté. La plupart des documents sont catalogués.

Associated materials

Related materials

Accruals

Alternative identifier(s)

Standard number area

Standard number

Access points

Subject access points

Place access points

Name access points

Genre access points

Control area

Description record identifier

RDAQ-286-1999_0199_FD

Institution identifier

Rules or conventions

Status

Level of detail

Dates of creation, revision and deletion

2015-03-30

Language of description

  • French

Script of description

Sources

Accession area

Related subjects

Related people and organizations

Related places

Related genres