Showing 164 results

Archival description
Only top-level descriptions BAnQ - Vieux-Montréal Montréal (Québec : Ville)
Print preview View:

Collection Édouard-Zotique Massicotte

  • CA QUEBEC P750
  • Fonds
  • 1880-1945

La collection contient plusieurs petites collections de documents, pour la plupart iconographiques, réunies par Édouard-Zotique Massicotte au cours de sa carrière. Nous y retrouvons six grandes séries de documents. 1) Des photographies, couvrant la période 1880 à 1930 et représentant pour la plupart des personnes de professions libérales(avocats, médecins...) ou des personnages historiques. Nous y retrouvons également des photographies de collèges, d'écoles et d'églises. 2) Des albums de rues dans lesquelles nous retrouvons des illustrations sur Montréal entre la période 1880 à 1920. 3) Des albums de coupures de presse sur différents sujets historiques. 4) Des reproductions de gravures ou peintures portant sur différentes périodes de l'histoire du Canada. 5) Des albums de photos de la parade de la Saint-Jean Baptiste à Montréal entre 1925 et 1941. 6) Le fichier personnel des recherches d'Édouard-Zotique Massicotte

Massicotte, É.-Z. (Édouard-Zotique), 1867-1947

Fonds Photos/Pro Multi

  • CA QUEBEC P742
  • Fonds
  • 1956-2002

Ce fonds comprend 2326 dossiers de photos-reportages réalisés par Alain Michon. Nous y retrouvons principalement des photos de membres de compagnies privées et de corporations, notamment : la Fraternité des policiers et policières de la Communauté urbaine de Montréal, l'Association des fournisseurs d’hôtels et restaurants, l'Association des formateurs et formatrices d’adultes du Québec, l'Association des constructeurs de routes et de grands travaux du Québec, l'Association provinciale des constructeurs d’habitations du Québec, la Commission scolaire de Montréal, la Commission des écoles catholiques de Montréal, le Club de golf Islesmere, Réno-Dépôt, l'Hôpital chinois, les conseils municipaux des villes de Saint-Bruno-de-Montarville et de Montréal-Est; les caisses populaires de Marie-Reine-des-Cœurs, de Saint-François-Solano, de Maisonneuve, les Caisses populaires Desjardins, la Caisse d’économie Angus, les Fusiliers Mont-Royal, le Régiment de Maisonneuve, les Sœurs de la Providence, les Sœurs de l’Institut Notre-Dame-du-Bon-Conseil, le Barreau de Montréal, le Palais de justice de Montréal. Nous y avons également des vues aériennes de Montréal et du Grand Prix du Canada, la toile du Stade Olympique, des immeubles et des centres commerciaux de Montréal et des environs, des chantiers de construction de barrages hydroélectriques, du Marché Central, du Biodôme, de Canadair, du Théâtre du Nouveau Monde, du Casino de Montréal et du Monument national

Photos/Pro Multi+

Collection Société anonyme des théâtres et Compagnie d'Opéra comique de Montréal

  • CA QUEBEC P699
  • Fonds
  • 1901-1906

Cette collection d'archives permet d'obtenir un aperçu d'un aspect de la vie culturelle de Montréal au début du siècle, plus spécialement du milieu théâtral. On y trouve des éléments d'information qui nous éclairent sur le mode de fonctionnement d'un théâtre tant sur le plan artistique qu'administratif. Quoi que peu volumineux, ce fonds d'archives est dense au niveau de l'information, plusieurs pièces sont très significatives. Elle se compose de documents concernant deux sociétés de théâtre qui ont exercé dans l'édifice du Théâtre des nouveautés au début du 20ième siècle. Les documents concernant ces trois organismes privés sont reliés entre eux et couvrent la même période chronologique. Pour la Société anonyme des théâtres, on trouve de la correspondance, des procès verbaux, des contrats-types d'engagement d'artistes, une liste de salaires des employés et artistes (1902-1905). Pour la Compagnie d'opéra comique, on découvre des documents concernant des démarches légales relatives à la liquidation, des mémoires de frais et un inventaire des meubles et effets mobiliers (1902-1903). Concernant l'édifice appelé Théâtre des nouveautés, le fonds comprend entre autres, un rapport financier 1903-1904, une liste d'artistes et leurs appointements, une liste de pièces de décors et d'accessoires de théâtre

Théâtre des Nouveautés

Fonds Tribunal de la police pour la ville de Montréal

  • CA QUEBEC TL317
  • Fonds
  • 1838-1874

Ce fonds fournit une source pour l'étude de la société québécoise dans les district et ville de Montréal dans la première moitié du dix-neuvième siècle. Les documents produits par le Tribunal de la police pour la ville de Montréal nous éclairent sur les limites sociales de la normalité à déviance, telles que définies par les lois et mises en vigueur par les forces de l'ordre. Le fonds permet également de suivre l'évolution des débuts de l'activité policière organisée. Ce tribunal traite majoritairement des délits mineurs, surtout des conflits entre personnes, notamment des voies de fait, des bagarres ou des petites émeutes (surtout des émeutes dirigées contre des individus plutôt que contre l'ordre public), des vols mineurs («Petty Larceny»), du vagabondage, de la conduite oisive et désordonnée («loose, idle and disorderly conduct») et de l'exploitation de maisons de débauche. Ce fonds comprend des procès-verbaux d'audience pour les procédures sommaires et actions préliminaires et un index, des registres des sentences pour le vagabondage «loose, idle and disorderly conduct» et des rapports de police. Jusqu'en 1875, il ne semble pas y avoir de numérotation des causes ou plaintes dans aucun de ces registres. Les procès-verbaux d'audiences permettent au chercheur de suivre le cheminement des causes, de la première procédure à la sentence finale. Ils consignent les détails des séances d'audition de toutes les causes entendues incluant la date de la séance, le nom du ou des juges, les noms des parties, les étapes de procédure franchies, les témoins entendus, les pièces déposées au tribunal, la sentence rendue et la nature des causes. Ces registres se présentent dans l'ordre chronologique et couvrent la période de juin 1838 à février 1856. Il y a un index qui couvre la période de juin 1838 à octobre 1840. Les registres de sentences pour le vagabondage reflètent les dispositions de l'ordonnance 2 Victoria établissant un système policier dans les villes de Québec et de Montréal. Ces registres permettaient à la police de faire le suivi des plaintes concernant les personnes «débauchées, désoeuvrées et déréglées». La loi décrit ces personnes comme celles qui s'exposent d'une manière indécente ou qui «s'amuseront dans les rues et chemins, obstruant le passage en se tenant sur les trottoirs, ou en se servant d'un langage insultant envers les passants, ou autrement; arrachant ou défigurant des enseignes; brisant des fenêtres, des portes ou des plaques de portes, ou des murs de maison, de cours ou de jardins; détruisant des clôtures; causant du trouble ou du bruit dans les rues ou chemins publics, en criant, jurant ou chantant; se trouvant ivres et empêchant ou incommodant les passant paisibles dans les rues, ou troublant en aucune manière les habitants paisibles;...les prostituées ou personnes errant la nuit dans les champs, les rues et les chemins publics...les personnes dans l'habitude de fréquenter les maisons de débauche...les personnes qui seront trouvées à boire dans les tavernes ou cabaret après dix heures du soir et avant cinq heures du matin...et les personnes qui gagnent de l'argent..en jouant aux cartes, aux dés, ou à quelqu'autre jeu d'hasard, dans les tavernes». Nous y trouvons, dans l'ordre chronologique du dépôt des plaintes, la date de la plainte, le nom de l'accusé, le type d'offense, le montant de l'amende imposée ou le temps d'emprisonnement en cas de défaut de paiement ainsi que le nom du juge ou du magistrat de police. Ce sont le juge des sessions (Charles Joseph Coursol) et le magistrat de police (William Henry Bréhaut) qui rendent la majorité des sentences. Ces registres couvrent la période de 1857 à 1876 et possèdent des index intégrés. Les dossiers correspondant à ces registres se retrouvent parmi ceux de la Cour des sessions générales de la paix pour le district de Montréal (TL32,S1,SS1). Les rapports de police consistent en registres consignant l'ensemble des plaintes déposées au bureau de la police et précèdent les procédures judiciaires proprement dites. Parmi les types de causes inscrites se trouvent, par exemple, l'assaut, l'effraction, les menaces, la tenue de maisons de débauche, le vol, la contrefaçon et le vagabondage. Les registres présentent, dans l'ordre chronologique du dépôt des plaintes, les noms des plaignants et accusés, le type d'offense, la procédure entreprise et le résultat (sentence, manque de preuve, etc.). Ces registres couvrent la période de 1862 à 1874 et ne possèdent pas d'index. Les dossiers correspondant à ces registres se retrouvent parmi ceux de la Cour des sessions hebdomadaires et spéciales de la paix pour le district de Montréal (TL36,S1,SS1)

Bas-Canada. Tribunal de la police (Montréal)

Fonds Cour des sessions spéciales et hebdomadaires de la paix du district de Montréal

  • CA QUEBEC TL36
  • Fonds
  • 1801-1908

Ce fonds fournit une source pour l'étude de la société québécoise dans les district et ville de Montréal dans la première moitié du dix-neuvième siècle. Les documents produits par la Cour des sessions spéciales et hebdomadaires de la paix du district de Montréal éclairent sur les limites sociales de la normalité à déviance, telles que définies par les lois et mises en vigueur par les forces de l'ordre. Ce tribunal traite majoritairement des conflits entre personnes, notamment des voies de faits, des bagarres ou des petites émeutes (surtout des émeutes dirigées contre des individus plutôt que contre l'ordre publique), des vols mineurs («Petty Larceny») et de l'exploitation de maisons de débauche. Cette juridiction comporte des dossiers ainsi que des documents de nature administrative pour la période de 1833 à 1843, alors que les juges de paix de Montréal, réunis en sessions générales, partagent avec les juges des sessions spéciales et hebdomadaires le règlement de problèmes liés à l'administration municipale et aux affaires criminelles. Les documents qui ont été versés pour cette juridiction sont les dossiers et les registres des procès-verbaux d'audiences, une liste des passeports et une liste des vendeurs itinérants («Pedlars»)

Bas-Canada. Cour des Sessions spéciales et hebdomadaires de la paix du district de Montréal

Fonds Cour de magistrat pour le district de Montréal

  • CA QUEBEC TL196
  • Fonds
  • 1945-1966

Ce fonds comprend les documents produits par la Cour de magistrat pour le district de Montréal. Il fournit aux chercheurs une foule de renseignements sur l'histoire économique et sociale de la ville et de la région de Montréal de même que sur ses relations avec les régions avoisinantes. Les documents judiciaires de ce greffe reflètent le développement du paysage urbain et l'évolution du niveau de vie de la population, la nature et l'étendue des réseaux de crédit et d'endettement ainsi que les relations entretenues entre propriétaires et locataires dans une métropole à la fois régionale et nationale. Les documents versés proviennent des juridictions suivantes : «matières civiles en général», «dépots volontaires» et «assistance publique»

Québec (Province). Cour de magistrat pour le district de Montréal (Montréal)

Fonds Cour des plaidoyers communs

  • CA QUEBEC TP5
  • Fonds
  • 1765-1773

Les documents conservés dans le fonds de la Cour des plaidoyers communs offrent des renseignements sur une foule de sujets, de l'histoire événementielle à l'analyse quantitative de phénomènes socio-économiques et politiques, en plus de fournir une source importante pour des études sur l'administration de la justice. Ce fonds couvre une période très courte, mais s'inscrit dans la lignée de la Cour supérieure, en passant par les divers autres cours des plaidoyers commun et les cours du banc du roi. La Cour des plaidoyers communs a généré des documents témoignant de l'évolution de la vie urbaine et des relations entre la ville et la campagne dans les deux grands centres urbains de la colonie. Le fonds porte sur des litiges de toutes sortes en matière civile d'une valeur dépassant 10 livres. Même si ce tribunal figure en quelque sorte comme le tribunal des Canadiens français, qui forment la majorité des justiciables, de nombreux causes entre Britanniques s'y sont aussi réglées. Les documents de ce tribunal ouvrent une fenêtre fascinante sur la vie quotidienne au début du régime anglais, offrant un complément aux renseignements disponibles dans les greffes des notaires. Le fonds se divise en deux séries représentant la production du tribunal selon les lieux de tenue des séances

Québec (Province). Cour des plaidoyers communs

Results 1 to 10 of 164