Showing 33 results

Archival description
Nowlan, Maurice, mort 1813 Montréal (Québec : Ville)
Advanced search options
Print preview View:

Lettre de Maurice Nowlan, Trois-Rivières, à Agathe Perrault, Montréal

Le lieutenant Nowlan remarque que le nouveau colonel embête les soldats. Le gouverneur Georges Prévost voudrait garder les troupes au pays et lever des régiments dans le Haut-Canada, possiblement dans les établissements écossais. Nowlan s'inquiète des sentiments que la mère d'Agathe éprouve pour lui et voudrait avoir sa bénédiction. Il croit pouvoir aller à Montréal au milieu du mois prochain ou peut-être plus tôt. L'épouse du capitaine Burke devrait y aller au même moment

Lettre de Maurice Nowlan, lieutenant des grenadiers du 100e régiment, Kingston, à Agathe Perrault, Montréal

Le lieutenant Nowlan s'ennuie beaucoup d'Agathe. Il est toujours sans nouvelles d'elle et craint qu'elle soit malade. Selon lui, ils sont beaucoup supérieurs à l'ennemi et il croit que la bataille sera courte. Il espère qu'ils pourront se revoir dès que l'armée aura la maîtrise des lacs, dans 10 jours peut-être. Le colonel Young a trouvé, pour le capitaine Burke et Nowlan, une chambre dans une baraque, ce qui leur a évité de dormir à la belle étoile. Le général Sheaffe est en disgrâce pour sa conduite à York. Le général Proctor a fait 1 300 prisonniers. Le général Harrison a été coincé avec 700 hommes, il espère qu'il se rendra au général Proctor. Nowlan décrit une bataille entre le bateau américain Oneida et le bateau britannique Royal George. Le colonel Young est guéri

Lettre de Maurice Nowlan, lieutenant des grenadiers du 100e régiment, Cedars, à Agathe Perrault, Montréal

Le régiment du lieutenant Nowlan a reçu l'ordre de monter plus haut au pays. Selon lui, les choses vont se faire vite, il y a beaucoup de troupes stationnées dans cette partie du pays. Nowlan a parlé du neveu d'Agathe au colonel Murray qui lui a dit qu'il aurait un poste bientôt. Mais selon Nowlan, il ne semble pas faire beaucoup de choses pour lui. Il espère qu'Agathe est arrivée à la maison et qu'elle n'a pas eu d'accident cette fois-ci

Lettre de Maurice Nowlan, lieutenant des grenadiers du 100e régiment, Kingston, à Agathe Perrault, Montréal

Le lieutenant Nowlan a eu des difficultés pour se rendre à Kingston. Il a dirigé la compagnie lors de la parade de la garnison. Le gouverneur était réjoui d'entendre la fanfare des grenadiers britanniques. Nowlan a fait des recherches pour trouver un poste au neveu d'Agathe. Il propose que Joe lui trouve un poste en attendant qu'une meilleure opportunité se présente. Il croit que le major Deherp aura les commandes du régiment canadien. Si c'est le cas, il pourra alors faire quelque chose pour le neveu d'Agathe

Lettre de Maurice Nowlan, lieutenant des grenadiers du 100e régiment, Kingston, à Agathe Perrault, Montréal

Le lieutenant Nowlan décrit une attaque qui a eu lieu dans des marécages. Le bateau britannique a eu des difficultés et des britanniques ont été tués. Les grenadiers ne seront pas envoyés à bord du bateau lorsque la flotte ira rejoindre la flotte américaine. Nowlan espère retrouver Agathe à l'hiver

Lettre de Maurice Nowlan, lieutenant des grenadiers du 100e régiment, York, à Agathe Perrault, Montréal

Le voyage de Kingston à York s'est fait en 8 jours. Il y a seulement les grenadiers et la compagnie des malades qui sont arrivés. Ils doivent attendre que les autres compagnies arrivent pour ensuite rejoindre le gros de l'armée. Ici tout coûte excessivement cher. Ils auront sûrement une journée difficile d'ici un jour ou deux

Lettre de Maurice Nowlan, lieutenant des grenadiers du 100e régiment, Turkey Point, à Agathe Perrault, Montréal

Plusieurs hommes sont malades, dont Murray. Le lieutenant Nowlan craint qu'il ne guérira pas. Agathe voudrait venir le rejoindre, Nowlan lui dit que c'est impossible : il ne reste pas une seule semaine au même endroit. Selon une rumeur, leur flotte postée sur le lac a été prise mais Nowlan croit que ce n'est pas vrai. Il est heureux de constater que le neveu d'Agathe a été recruté

Lettre de Maurice Nowlan, lieutenant des grenadiers du 100e régiment, Turkey Point, à Agathe Perrault, Montréal

Le lieutenant Nowlan parle du neveu d'Agathe qui semble hésiter entre devenir soldat ou prêtre. Le général Proctor et toute la flotte ont subi une défaite sur le lac. Il croit que s'ils ne sont pas faits prisonniers, ils mèneront une très courte bataille. En ce moment, les choses ont une mauvaise apparence mais en quelques jours il pourrait y avoir un changement en leur faveur. Pinkerton n'est pas encore arrivé, il est à Burlington Heights. Le matin du 17 octobre, Nowlan ajoute qu'ils se retireront dans un jour ou deux

Lettre de Maurice Nowlan, lieutenant des grenadiers du 100e régiment, Fort George, à Agathe Perrault, Montréal

Depuis samedi dernier, ils se préparent pour aller prendre d'assaut le fort de Niagara. Le régiment du lieutenant Nowlan sera employé dès le début de l'attaque. Il a grand espoir de survivre même si la bataille risque d'être difficile et que les grenadiers vont être les premiers utilisés dans la bataille. Il dit adieu à sa femme, peut-être pour la dernière fois

Lettre de Maurice Nowlan, lieutenant des grenadiers du 100e régiment, campement de Blair Finddie, à Agathe Perrault, Montréal

Le lieutenant Nowlan espérait avoir des nouvelles d'Agathe par le sergent Moore. Il espère que Joe est arrivé à la maison sans danger. Grâce au sergent, Nowlan a trouvé un logement à Chambly. Le loyer est cher mais il est impossible de trouver autre chose. Il ira le visiter demain pour voir s'il est meublé. Il ne sait pas encore quand ils démonteront le campement. Certains disent qu'ils auront une visite des américains avant qu'ils ne s'installent dans leur campement d'hiver

Results 1 to 10 of 33