Series S2 - Le militant politique

Title and statement of responsibility area

Title proper

Le militant politique

General material designation

Parallel title

Other title information

Title statements of responsibility

Title notes

Level of description

Series

Reference code

CA QUEBEC P686-S2

Edition area

Edition statement

Edition statement of responsibility

Class of material specific details area

Statement of scale (cartographic)

Statement of projection (cartographic)

Statement of coordinates (cartographic)

Statement of scale (architectural)

Issuing jurisdiction and denomination (philatelic)

Dates of creation area

Date(s)

  • 1968-2005 (Creation)

Physical description area

Physical description

1,61 mètre(s) linéaire(s) de document(s) textuel(s) 69 bande(s) magnétique(s) 22 vidéo(s) 6 gravure(s) 944 photographie(s)

Publisher's series area

Title proper of publisher's series

Parallel titles of publisher's series

Other title information of publisher's series

Statement of responsibility relating to publisher's series

Numbering within publisher's series

Note on publisher's series

Archival description area

Name of creator

Biographical history

Né à Montréal le 9 août 1930, Jacques Parizeau est le fils de Gérard Parizeau (1899-1994) et de Germaine Biron (1898-1993). Il est le petit-fils de Télesphore Parizeau (1867-1961), médecin, lui-même fils de Damase Parizeau (1841-1915), président de la Chambre de commerce de Montréal. Homme politique et économiste, il épouse, le 2 avril 1956, l'écrivaine Alicja Poznanska (1927-1990) dont il a deux enfants : Bernard et Isabelle. Le 12 décembre 1992, il épouse en secondes noces Lisette Lapointe, née le 13 septembre 1943. Titulaire d'un baccalauréat français obtenu au collège Stanislas de Montréal en 1947, il fait ses études à l'École des hautes études commerciales d'où il obtient une licence en sciences commerciales (1949). Il obtient ensuite un diplôme de l'Institut d'études politiques de Paris (1952) ainsi qu'un doctorat en sciences économiques de la London School of Economics (1955). Jacques Parizeau débute sa carrière comme professeur à l'École des hautes études com-merciales de Montréal où il a enseigné de 1955 à 1965, de 1969 à 1976 et, enfin, de 1985 à 1989. Il est professeur honoraire de la même école depuis 1997. Parallèlement à l'enseignement, Jacques Parizeau a assumé plusieurs fonctions administratives à l'École des HEC dont la direction du Département d'économie, de 1973 à 1975, et celle de l'Institut d'économie appliquée de 1974 à 1976. Parallèlement à ses activités d'enseignement et de recherche, Jacques Parizeau est consultant auprès des ministères des Finances, des Richesses naturelles et de l'Éducation du Québec de 1961 à 1970. Il est aussi conseiller économique et financier du Conseil des ministres de 1961 à 1967, puis du bureau du premier ministre de 1967 à 1969. De plus, au début des années 1970, il est chargé de recherche à la Banque du Canada et à la Commission royale d'enquête sur le système bancaire et financier. Au cours de sa carrière, Jacques Parizeau est membre de plusieurs conseils d'administration et d'établissement dont ceux du Conseil supérieur du travail, de l'Assemblée universitaire de l'Université de Montréal, de Sogefor, de la Caisse de dépôt et placement du Québec, de la Société générale de financement, etc. Dans le domaine journalistique, il est directeur de la revue « L'Actualité économique » de 1955 à 1961, chroniqueur de l'hebdomadaire « Québec-Presse » de 1969 à 1974, puis président du conseil d'administration et éditorialiste du journal « Le Jour » de 1974 à 1975. Membre et président du bureau de direction du Parti québécois entre 1970 et 1971, il est candidat défait aux élections provinciales de 1970 et de 1973, puis est élu député de la circonscription de L'Assomption aux élections de 1976 et de 1981. Le 26 novembre 1976, il est nommé ministre des Finances et ministre du Revenu du gouvernement Lévesque. Puis il est président du Conseil du trésor de 1976 à 1981. Le 30 avril 1981, il est nommé ministre des Finances et ministre des Institutions financières et Coopératives; il est aussi membre du Comité des priorités et président du Comité ministériel permanent du développement économique. Il démissionne comme ministre des Finances le 22 novembre 1984 et comme député le 27 novembre de la même année. En 1985, il retourne à l'enseignement à l'École des hautes études commerciales de Montréal. D'octobre 1985 à novembre 1986, il est président de la Commission d'étude sur les municipalités, créée par l'Union des municipalités du Québec. Jacques Parizeau effectue un retour en politique le 18 mars 1988 en tant que chef du Parti québécois. Le 25 septembre 1989, il est élu député de la circonscription de L'Assomption et devient chef de l'Opposition officielle. En septembre 1994, il est élu premier ministre du Québec. Il prépare un référendum sur la souveraineté tenu le 30 octobre 1995. Après la défaite du « oui », il annonce sa démission et quitte la politique en janvier 1996. Depuis Jacques Parizeau prononce de nombreuses conférences tant au Québec qu'à l'étranger. Il publie deux ouvrages : « Pour un Québec souverain »(1997) et « Le Québec et la mondialisation : une bouteille à la mer? » (1998). Il est membre du conseil d'administration de la firme Biorthex inc. de 1998 à 2004. En 2010 il reçoit le prix Richard-Arès du meilleur essai publié au Québec pour son livre « La souveraineté du Québec : hier, aujourd'hui et demain »

Custodial history

Scope and content

La série témoigne de l'implication de Jacques Parizeau au Parti québécois et des campagnes électorales et référendaires qu'il a menées. Elle comprend cinq sous-séries : Le Parti québécois; Participation aux instances du Parti québécois; Campagnes électorales; Référendums; Le Bloc québécois

Notes area

Physical condition

Immediate source of acquisition

Arrangement

Language of material

Script of material

Location of originals

Availability of other formats

Restrictions on access

Terms governing use, reproduction, and publication

Finding aids

Associated materials

Related materials

Accruals

Alternative identifier(s)

Standard number area

Standard number

Access points

Subject access points

Place access points

Name access points

Genre access points

Control area

Description record identifier

Institution identifier

Rules or conventions

Status

Level of detail

Dates of creation, revision and deletion

Language of description

Script of description

Sources

Accession area

Related subjects

Related people and organizations

Related places

Related genres