Perrier, Hector, 1895-1978

Identity area

Type of entity

Person

Authorized form of name

Perrier, Hector, 1895-1978

Parallel form(s) of name

Standardized form(s) of name according to other rules

Other form(s) of name

Identifiers for corporate bodies

Description area

Dates of existence

History

Né à Montréal le 1er juillet 1895, Hector Perrier est le fils d'Amédée Perrier, gérant d'expédition, et de Léa Lépine. Il s'illustre à titre de secrétaire provincial sous le régime d'Adélard Godbout. Diplômé en droit et docteur en sciences sociales et politiques, il est nommé Conseiller du Roi en 1929 et siège durant de longues années à la Commission des écoles catholiques de Montréal où il préside le comité législatif (1932-1940). À cette époque, il enseigne la législation industrielle à la faculté des sciences sociales de l'Université de Montréal. Libéral de grande tradition, il est élu à l'Assemblée législative du Québec où il siège de 1940 à 1944. Durant cette période, il se fait ardent défenseur du droit de vote pour les femmes et de l'instruction gratuite obligatoire, tout en proposant l'enseignement universel de l'anglais, afin de faire des Québécois des «Citoyens du monde». En 1943, il obtient gain de cause. L'instruction devient obligatoire, au Québec, pour les enfants âgés de 6 à 14 ans. Secrétaire provincial, il a la responsabilité particulière de l'éducation alors sous la juridiction du Conseil de l'instruction publique. Dès cette année, le comité catholique du Conseil de l'instruction publique accepte et soutient la fréquentation scolaire obligatoire, appuyé par un flux de statistiques alarmantes sur la non-fréquentation scolaire des Canadiens français. En 1944, il obtient la gratuité des manuels scolaires et met sur pied le premier système de financement fixe des déficits des commissions scolaires. Il soutient personnellement diverses mesures dont la création, à la Bibliothèque Saint-Sulpice, d'un conservatoire de musique. Présent dans le débat au sujet de la conscription lors de la deuxième guerre mondiale, il défend une attitude modérée visant à une participation locale de l'effort de guerre, mais sans expédition de troupes à l'étranger. En 1944, il présente à l'Assemblée législative un nouveau code du travail au Québec. Au nombre des mesures prévues dans ce code, s'inscrit le recours à l'arbitrage obligatoire en cas de conflit dans les services publics et la création d'une Commission des relations ouvrières. Cette même année, il quitte la vie parlementaire et devient, en 1947, juge à la Cour supérieure après avoir pratiqué le droit privé durant trois ans. Il épouse à Montréal, dans la paroisse Sainte-Catherine, le 16 septembre 1920, Aline Paiement, fille d'Auguste Paiement, commis, et de Paméla Dazé. Il meurt à Montréal le 9 août 1978 à l'âge de 83 ans

Places

Legal status

Functions, occupations and activities

Mandates/sources of authority

Internal structures/genealogy

General context

Relationships area

Access points area

Subject access points

Place access points

Occupations

Control area

Authority record identifier

Institution identifier

Rules and/or conventions used

Status

Level of detail

Dates of creation, revision and deletion

Language(s)

Script(s)

Sources

Maintenance notes

  • Clipboard

  • Export

  • EAC

Related subjects

Related places