Révolutions

Taxonomy

Code

Scope note(s)

Source note(s)

Display note(s)

Hierarchical terms

Révolutions

Equivalent terms

Révolutions

Associated terms

Révolutions

10 Archival description results for Révolutions

10 results directly related Exclude narrower terms

Fonds Bailliage de Montréal

  • CA QUEBEC TL2
  • Fonds
  • 1644-1693

Ce fonds comprend l'ensemble des documents produits entre 1644 et 1693 par le bailliage de Montréal. Il constitue une source exceptionnellement riche pour des recherches très variées sur l'évolution de la société en Nouvelle-France dans la région de Montréal. Puisque ce tribunal connaît tous les litiges en première instance, autant criminels que civils, ses documents témoignent d'une très grande variété d'activités humaines. Les litiges civils comptent évidemment une majorité de poursuites pour recouvrement de dettes découlant de toutes sortes d'échanges : pour obligations et billets promissoires, pour la vente de marchandises ou de produits agricoles, pour la rémunération de services ou le paiement de salaires, pour loyers ou fermage, etc. Nous y trouvons également des causes en dommages-intérêts, incluant des causes pour «réparation d'honneur». Il y a des litiges concernant le droit familial, touchant des questions comme la séparation de corps et de biens, la paternité, l'annulation de mariage, le partage des successions ou des communautés de biens et les tutelles et curatelles. Les causes touchant la propriété des terres s'y trouvent aussi, que ce soit par vente, donation ou succession, incluant notamment les réclamations pour droits seigneuriaux (principalement les lods et ventes et les cens et rentes). Les causes criminelles couvrent la pleine gamme des délits, allant des crimes de violence comme le meutre, l'infanticide et les voies de faits, aux délits contre la propriété, comme le vol, la fraude et la fabrication et le débit de fausse monnaie de carte, en passant par des offenses contre l'ordre public ou les édits et ordonnances, comme le blasphème, le désordre pendant le service divin, la vente de boisson aux «sauvages», le commerce illégal avec les anglais, la pratique de la traite des fourrures sans permis et la rébellion à la justice. Nous trouvons également des causes concernant des délits touchant la réglementation qui aujourd'hui serait de nature municipale, comme la conduite de charrettes le dimanche, le poids des produits de boulangerie et le ramonage des cheminées. Le fonds comprend plusieurs types de documents : des dossiers (1644-1693); des registres des audiences (1665-1693); des licitations (1685-1704); le registre du tabellionnage (1644-1687); des ordonnances (1653-1719). Les dossiers sont plutôt des «pièces détachées», le rassemblement des documents par litige n'étant pas nécessairement établie. Ces pièces peuvent être des pièces procédurales produites par le tribunal, comme des jugements ou des documents concernant les saisies, ou bien des documents notariés ou privés déposés comme pièces à conviction. La relation entre les pièces détachées et les entrées dans les registres des procès-verbaux d'audience n'est pas toujours claire. Il est possible que des pièces aient été reliées en registres à des dates ultérieures ou bien en registres non reliés et fractionnés en pièces. Le chercheur qui veut retracer avec certitude une cause spécifique ou toutes les références à certains types de causes doit dépouiller les deux types de documents. Un index partiel des procédures produit en 1744 par Louis-Claude Danré de Blanzy, le greffier de la cour, couvre autant les causes du Bailliage de Montréal que de la Juridiction royale et se trouve à la fin des dossiers. Les registres des procès-verbaux d'audience constituent un outil important pour la recherche dans les archives judiciaires. Ils sont en même temps des documents contenant des renseignements uniques et des instruments de recherche aidant au repérage des dossiers. Le registre de procès-verbaux d'audience permet au chercheur de suivre le cheminement des causes dans le temps, qu'elles s'arrêtent à la toute première procédure, se rendent au jugement ou se terminent à une étape intermédiaire ou ultérieure. Il peut servir à identifier et vérifier l'état d'un dossier spécifique, à sélectionner des dossiers d'une certaine catégorie de cause ou encore à la cueillette de données quantitatives sur le fonctionnement de l'administration de la justice. Les registres des procès-verbaux d'audience consignent les détails des séances d'audition et de toutes les causes entendues, incluant la date de la séance, le nom du (des) juge(s), les noms des parties et de leurs procureurs, les étapes de procédure franchies, les témoins entendus et les pièces qui sont déposées au tribunal et parfois la nature des causes. Les registres sont organisés en ordre chronologique selon les séances d'audition des causes. Une licitation est «l'acte par lequel un immeuble commun à plusieurs personnes, et qui ne peut se partager commodément, est adjugé à l'un d'entr'eux, ou même à un étranger. Pour être en droit de provoquer la licitation d'un héritage ou autre immeuble, il n'est pas nécessaire qu'il y ait impossibilité physique de le partager; il suffit que l'on soit convenu de ne point partager la chose». Le registre des licitations comporte l'insinuation des licitations produites entre 1685 et 1693 par le bailliage de Montréal et entre 1693 et 1704 par la Juridiction royale de Montréal. Le registre du tabellionnage constitue un répertoire des actes notariés produits par les divers tabellions de la seigneurie de Montréal, entre 1644 et 1687. Un tabellion est un notaire seigneurial qui peut fonctionner comme notaire uniquement à l'intérieur de la seigneurie. Il est nommé par le seigneur, en vertu du «droit de tabellionnage». Il diffère du répertoire notarial habituel en étant le produit de plusieurs notaires ou tabellions. Il semble avoir été déposé au greffe du bailliage pour cette raison. Le fonds comprend également des enregistrements d'ordonnances du roi, de l'intendant, du gouverneur ou du Conseil souverain applicables dans le gouvernement de Montréal. Ces enregistrements sont souvent produits par le greffier du bailliage afin d'insinuer et publiciser les ordonnances. Elles couvrent une grande variété de sujets d'administration publique entre janvier 1653 et juin 1719

Danré de Blanzy, Louis-Claude, né 1710-[après 1770]

Lettres de Pierre Vallières à Claire Dupont

Le dossier contient 16 lettres dans lesquelles Pierre Vallières expose les conditions de vie en prison. Il y exprime également ses frustrations face à son incapacité à participer aux débats qui ont alors cours dans la société québécois. Il fait part à Claire Dupont des ouvrages qu'il rédige et demande son aide pour les dactylographier, notamment Nègres blancs d'Amérique. Une des lettres, datée du 14 avril 1968, est adressée à tous ceux qui l'ont soutenu au cours de son procès et est un appel à l'action révolutionnaire. Plusieurs des lettres ont été transmises à Claire Dupont par l'entremise de visiteurs de Vallières, comme son avocat

Lettres de Charles Gagnon à Claire Dupont

Le dossier contient 11 lettres dans lesquelles Charles Gagnon relate sa vie en prison lors de sa détention, exprime ses frustrations face à son impossibilité de participer à l'action révolutionnaire et discute des ouvrages qu'il lit et qu'il écrit. La correspondance comprend également un télégramme de Raymond Gagnon, frère de Charles, daté du 24 décembre 1966, qui demande à Claire Dupont de lui téléphoner en soirée

Message du felquiste Gaston Plante

Le dossier comprend une lettre du felquiste Gaston Plante, alors incarcéré à la prison de Saint-Vincent de Paul à Laval, adressée au citoyen fonctionnaire. Plante y relate ses arrestations au nom de ses convictions politiques et invite la population à joindre le mouvement révolutionnaire

Anyanya

Un reportage sur un type de révolution sociale, celle du sud-Soudan. On y présente les intentions des insurgés, les problèmes des réfugiés et le mouvement d'autodétermination qui s'étend à l'ensemble du monde arabe et africain. Numéro de référence: FC07520

Fonds Roberto Wilson

  • CA QUEBEC P924
  • Fonds
  • 1950-1997

Ce fonds d’archives porte essentiellement sur l’œuvre artistique et littéraire de Roberto Wilson. Il se compose des versions préliminaires de ses publications et de certains de ses ouvrages inédits (Le général Alexandre Dumas, soldat de la liberté; L'extraordinaire odyssée - Christophe Colomb, 1492-1992; Simon Bolivar vu par un citoyen du Québec; La caverne au trésor ou Pit et les Sauvages; L'histoire des Amériques : Haïti la fabuleuse hispaniola; Les aventures de Robert & Roland ou l'Hôtel des Sauvages; Robert Cossette : Le vainqueur du Saguenay, etc.). Signalons que les versions préliminaires renferment aussi les dessins originaux réalisés par Roberto Wilson. Ces dessins ont été utilisés pour illustrer les publications et les bandes dessinées de l'auteur. Ce fonds est également constitué de quelques pièces de correspondance, de coupures de presse et de photographies documentant ses travaux de recherche et illustrant le tournage du film « Aguanamo : légende Arrawak »

Wilson, Roberto, 1928-1995

Fonds Juridiction royale de Montréal

  • CA QUEBEC TL4
  • Fonds
  • 1677-1769

Ce fonds comprend l'ensemble de documents produits entre 1681 et 1769 par la juridiction royale de Montréal. Il constitue une source exceptionnelle pour des recherches sur l'évolution de la société en Nouvelle-France, dans la région de Montréal, entre 1693 et 1763. Puisque ce tribunal connaît tous les litiges en première instance, autant criminels que civils, ses documents témoignent d'une très grande variété d'activités humaines. Les litiges civils comptent évidemment une majorité de poursuites pour recouvrement de dettes découlant de toutes sortes d'échanges : pour obligations et billets promissoires; pour la vente de marchandises ou de produits agricoles; pour la rémunération de services ou le paiement de salaires; pour loyers ou fermage; etc. Nous y trouvons également des causes en dommages-intérêts, incluant des causes pour «réparation d'honneur». Il y a des litiges concernant le droit familial, touchant des questions comme la séparation de corps et de biens, la paternité, l'annulation de mariage, le partage des successions ou des communautés de biens et les tutelles et curatelles. Les causes touchant la propriété des terres s'y trouvent aussi, que ce soit par vente, donation ou succession, incluant notamment les réclamation pour droits seigneuriaux (principalement les lods et ventes et les cens et rentes). Les causes criminelles couvrent la pleine gamme des délits, allant des crimes de violence comme le meurtre, l'infanticide et les voies de faits, aux délits contre la propriété, comme le vol, la fraude et la fabrication et le débit de fausse monnaie de carte, en passant par des offenses contre l'ordre public ou les édits et ordonnances, comme le blasphème, le désordre pendant le service divin, la vente de boisson aux «sauvages», le commerce illégal avec les anglais, la pratique de la traite des fourrures sans permis et la rébellion à la justice. Nous y trouvons aussi des causes concernant des délits touchant la réglementation qui aujourd'hui serait de nature municipale, comme la conduite de charrettes le dimanche, le poids des produits de boulangerie et le ramonage des cheminées. Ce fonds se divise en sept séries : les dossiers, les registres des procès-verbaux d'audiences, les exploits d'huissier, les congés de traite, les ordonnances, les licitations et les documents non-traités

Nouvelle-France. Juridiction royale de Montréal

Lettre d'Antoine Juchereau de Saint-Denis à Antoine-Louis Juchereau Duchesnay

Lettre d'Antoine Juchereau de Saint-Denis, de Londres, à son cousin Antoine-Louis Juchereau Duchesnay à Québec, avec copie d'une lettre de François-Juste-Marie Raynouard, secrétaire perpétuel de l'Académie française à Antoine Juchereau de Saint-Denis, et extrait du rapport du comte Louis-Philippe de Ségur, membre de l'Académie française, sur l'ouvrage de celui-ci intitulé Révolutions de Constantinople en 1807 et 1808

Fonds Étienne Hastrel de Rivedoux

  • CA QUEBEC P104
  • Fonds
  • 1684-1846

Le fonds Étienne Hastrel de Rivedoux s'avère un témoin sensible, singulier parce qu'empreint de la personnalité et du caractère de ses créateurs, et explicite quant à la vie militaire aux époques de Montcalm, de la Révolution française et de l'empire napoléonien. Deux générations prennent place dans ce qui constitue un fonds historique et familial diversifié. La mémoire de Christophe-Claude d'Hastrel se voit rendue par un ensemble de pièces officielles témoignant de son oeuvre militaire, tandis que celle de son fils prend la forme d'un récit de vie via des mémoires à la fois factuels et personnels. En effet, ces Mémoires du général d'Hastrel jettent un regard subjectif sur la vie militaire, l'attitude d'autrui et le quotidien d'après la Révolution, le tout rendu par un verbe subtile, très bien maîtrisé, dont les détails et critiques sur le monde, caractéristiques du premier tome, s'effacent graduellement avec les années. Ainsi, d'Hastrel nous offre de véritables visites commentées de la France, l'Allemagne, l'Italie ou la Hollande, visites qui font état des guerres et combats des hommes de Napoléon Bonaparte dans ces lieux, mais encore plus des villes, moeurs, faits politiques, quotidiens et anecdotiques des peuples qui les habitent. Conséquemment, les pièces qui constituent ce fonds couvrant près de deux siècles sont fort variées. Concernant d'Hastrel de Rivedoux père, nous retrouvons des transcriptions évoquant ses combats, sa carrière militaire et son déménagement du Québec à la France. Complété de correspondances, de maintes photocopies d'actes notariés et de preuves de noblesse (1664-1774), ainsi que d'un document s'attardant au conseil de famille au cours duquel fut élu le tuteur de son fils Étienne en 1792, ce fonds dépeint le destin de cet homme ayant travaillé sous le régiment de Montcalm. Quant au fils, le Baron d'Hastrel, ses MÉMOIRES DES PRINCIPAUX ÉVÉNEMENTS DE MA VIE, DEPUIS LE JOUR DE MA NAISSANCE, LE 4 FÉVRIER 1766; JUSQU'AU MOMENT OÙ J'AI ÉTÉ ADMIS À LA RETRAITE, 1er JANVIER 1825, consistent en la pièce d'intérêt majeur de ce fonds. Ces deux tomes de réflexions et de descriptions sont de plus complétés de brevets de régiments et de l'État Major (1792-1793), de correspondances avec le Ministre de la Guerre (1812-1813) et d'une copie de son contrat de mariage avec Marie Geneviève Joseph d'Hastrel (23 novembre 1796). S'ajoutent, rappelant les origines canadiennes-françaises de cette famille, des extraits de registres des mariages, baptêmes et sépultures de Pointe-aux-Trembles, près de Québec

Rivedoux, Étienne de, baron d'Hastrel, 1766-1846