Série organique S17 - Vidéos

Zone du titre et de la mention de responsabilité

Titre propre

Vidéos

Dénomination générale des documents

Titre parallèle

Compléments du titre

Mentions de responsabilité du titre

Notes du titre

Niveau de description

Série organique

Cote

CA QUEBEC P696-S17

Zone de l'édition

Mention d'édition

Mentions de responsabilité relatives à l'édition

Zone des précisions relatives à la catégorie de documents

Mention d'échelle (cartographique)

Mention de projection (cartographique)

Mention des coordonnées (cartographiques)

Mention d'échelle (architecturale)

Juridiction responsable et dénomination (philatélique)

Zone des dates de production

Date(s)

  • 1954-2000 (Production)

Zone de description matérielle

Description matérielle

26 vidéo(s)

Zone de la collection

Titre propre de la collection

Titres parallèles de la collection

Compléments du titre de la collection

Mention de responsabilité relative à la collection

Numérotation à l'intérieur de la collection

Note sur la collection

Zone de la description archivistique

Nom du producteur

Notice biographique

Fils de Wilfrid Deschênes, notaire, et de Berthe Bérard, l'Honorable Jules Deschênes est né à Montréal le 7 juin 1923 et décédé à Laval le 10 mai 2000. Il a fait ses études primaires à l'école Saint-Jean-Baptiste et son cours classique au Collège André-Grasset et au Séminaire de philosophie des Sulpiciens. Il a obtenu sa licence en droit en 1946 à la Faculté de droit de l'Université de Montréal, où il s'est distingué en gagnant les médailles du Gouverneur général et du Lieutenant-gouverneur. Admis au Barreau en 1946, il pratique comme avocat pendant vingt-cinq ans et prend la direction de l'étude où il exerce en 1960. Rapidement reconnu comme un des meilleurs civilistes de la province, il reçoit des mandats importants et variés. Il accepte, entre autres, d'agir comme procureur de la Commission d'enquête Brossard sur l'affaire Coffin. En 1972, Jules Deschênes est nommé à la Cour d'appel du Québec et l'année suivante le gouvernement le nomme juge en chef de la Cour supérieure. Pendant 10 ans, il s'efforce d'améliorer le fonctionnement de ce tribunal important et n'hésite pas à défendre les tribunaux et la magistrature dans l'arène publique, contribuant ainsi à une amélioration des perceptions de ces institutions. Il s'implique dans des dossiers complexes et controversés et rend des jugements importants, comme celui qui invalidait l'unilinguisme français des lois du Québec imposé par la loi 101. Publié en 1981, son ouvrage intitulé « Maître chez eux-Masters in their own house » sur l'indépendance de la magistrature, reste une référence sur ce sujet. D'autres oeuvres publiées dans les années 1980 le font connaître au grand public, notamment «Ainsi parlèrent les Tribunaux..., II, Conflits linguistiques au Canada 1968-1985», «Justice et pouvoir-A Passion for Justice» et son autobiographie d'un juge en chef, «Sur la ligne de feu». Au cours de sa carrière, Jules Deschênes s'est impliqué pleinement dans des associations professionnelles, dans l'enseignement du droit et dans la vie communautaire. De 1962 à 1969 il est professeur de droit international privé à la Faculté de droit de l'Université de Montréal. Pendant les années 1960, il est actif dans les instances du Barreau de Montréal, du Barreau du Québec et du Barreau canadien. Fondateur du Conseil interprofessionnel du Québec, il en devient le premier président en 1965. Dans les années 1970 et 1980, il fait partie de nombreux organismes provinciaux, nationaux et internationaux concernant la magistrature, le droit international et la recherche juridique. Il est membre du Conseil consultatif de la Justice du Québec, du Conseil canadien de la magistrature, de l'Association mondiale des juges sur l'expansion de la compétence de la Cour Internationale de Justice, du Centre de la Paix Mondiale par le Droit, de la Société québécoise de droit international, de l'Institut canadien d'administration de la justice, de l'Institut canadien d'études juridiques supérieures, de l'International Law Association, de l'Institut international de droit linguistique comparé, de la Société de droit international économique et de l'Association mondiale des juges. Il est également membre du Conseil de l'Université de Montréal et président de la Commission conjointe de l'Université de Montréal sur les structures de l'université. À partir du milieu des années 1980, son centre d'intérêt et d'activités se dirige vers le droit international. En 1985 il est nommé président de la Commission d'enquête sur les criminels de guerre au Canada, et, en 1989, il devient membre du Tribunal de Contestation Extraordinaire en vertu de l'accord de libre-échange entre le Canada et les États-Unis et président de la Commission d'enquête de l'Organisation internationale du travail sur la Roumanie. En 1990 il siège au Conseil consultatif du Centre pour l'indépendance des magistrats et des avocats à Genève, puis, en 1992, il fait partie de la délégation du Canada à la 47e session de l'Assemblée générale des Nations unies. Enfin, en 1993, il est élu par l'Assemblée générale des Nations unies au Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie et plus tard au Tribunal pénal international pour le Rwanda. Il a joué un rôle de premier plan dans l'organisation et la bonne marche de ces tribunaux jusqu'à son départ pour des raisons de santé. Pendant toute sa carrière, Jules Deschênes a donné de nombreuses conférences au Canada et à l'étranger et a reçu de nombreux honneurs et distinctions allant de doctorats «honoris causa» à l'Ordre du Canada au titre de Compagnon. Marié à Jacqueline Lachapelle en 1948, il a eu cinq enfants : Louise, Mireille, Pierre, Yves et Jean-François

Historique de la conservation

Portée et contenu

Ces vidéos illustrent des fêtes et réunions de la famille Deschênes comme des anniversaires de naissance (Louise, Mireille, Pierre) et de mariage (40e et 50e de madame et monsieur Édouard Lachapelle), la première communion (Mireille, Yves, Pierre et Jean-François), la confirmation (Louise, Mireille, Pierre), le bal de fin d'études de Louise. Nous voyons aussi des vacances familiales à Old Orchard, Ogunquit, dans plusieurs régions du Canada et des États-Unis ainsi que les enfants dans des colonies de vacances. Sont aussi filmés l'Expo '67, le Carnaval de Québec, les voyages de Jules et Jacqueline Deschênes autour du monde. Des entrevues accordées par Jules Deschênes sur différents sujets dont la Charte canadienne des droits et libertés, le Conseil interprofessionnel du Québec et les crimes de guerre sont également enregistrées. Une séance du Tribunal pénal international pour le Rwanda, la cérémonie de remise du titre de compagnon de l'Ordre du Canada à Jules Deschênes et les cérémonies entourant le 900e anniversaire de l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem auxquelles assistait Jules Deschênes sont aussi fixées sur ruban. Nous retrouvons des extraits de journaux télévisés soulignant le décès et les funérailles de Jules Deschênes sur la dernière cassette vidéo de cette série

Zone des notes

État de conservation

Source immédiate d'acquisition

Classement

Langue des documents

Écriture des documents

Localisation des originaux

Disponibilité d'autres formats

Restrictions d'accès

«Accès refusé temporairement jusqu'à reproduction du document sur un autre support ou sa restauration»

Délais d'utilisation, de reproduction et de publication

Instruments de recherche

Éléments associés

Éléments associés

Accroissements

Identifiant(s) alternatif(s)

Zone du numéro normalisé

Numéro normalisé

Mots-clés

Mots-clés - Genre

Zone du contrôle

Identifiant de la description du document

Identifiant du service d'archives

Règles ou conventions

Statut

Niveau de détail

Dates de production, de révision et de suppression

Langue de la description

Langage d'écriture de la description

Sources

Zone des entrées